Créer une culture du résultat

Chaque entreprise possède sa propre culture dans une certaine mesure. (Nombreux sont les livres sur ce sujet.) Mais vous ne pouvez pas la changer, pas plus que vous ne pouvez changer votre image de marque juste par des paroles, ni même en l’enseignant. Vous devez apporter des changements  systémiques dans votre organisation qui feront évoluer les modes de pensée et les comportements de vos collaborateurs.

Les gens sont profondément influencés par leur environnement de travail. Selon la culture de votre entreprise, des personnes faibles peuvent devenir très productives et, à l’inverse d’autres très forts peuvent avoir des performances médiocres.

La magie commence vraiment à se produire lorsque les employés  se retrouvent dans un mode de fonctionnement qui crée  une véritable culture de résultats grâce à la compréhension des enjeux, la discipline et l’envie de gagner.

Cela devrait être la principale préoccupation et la responsabilité, de tout dirigeant, gérant ou cadre de créer une telle culture de résultats au sein de son entreprise. C’est par l’adhésion disciplinée de chaque employé aux buts de l’entreprise dans la perspective  d’en assurer la rentabilité et la continuité du fonctionnement, que se crée et se maintient cette culture.

 [(Personnel compétent + Motivation)*Responsabilité] = Résultats d’Equipes Efficaces

 

Par où faut-il commencer ?

EMBAUCHEZ LES BONNES PERSONNES ET EMBAUCHEZ LES MEILLEURS

Permettez-moi de citer l’auteur Jim Collins, «Ceux qui bâtissent de grandes entreprises comprennent que l’accélérateur ultime de la croissance de toute grande entreprise n’est pas les marchés, les technologies ou la concurrence, ou les produits. C’est une chose au-dessus de toutes les autres : c’est l’aptitude à obtenir et garder suffisamment de bonnes personnes. FAITES MONTER EN PREMIER LES BONNES PERSONNES DANS LE BUS, ET DEBARQUEZ LES MAUVAISES PERSONNES DU BUS, PUIS TROUVEZ DANS QUELLE DIRECTION VOUS ALLER CONDUIRE VOTRE ENTREPRISE » (Good to Great).

Embauchez seulement les TOP-Employés. Ces personnes ont la réputation d’avoir obtenu des résultats dans le passé. Elles n’ont pas peur de la responsabilité et du suivi des résultats. Elles ont confiance en elles-mêmes et sont capables de s’appuyer dans leurs nouvelles fonctions sur leurs réussites passées. De plus on peut les former car elles sont désireuses d’apprendre. Les TOP-Employés font que les bonnes choses se produisent, surtout quand leurs objectifs personnels sont alignés  avec les objectifs de votre entreprise.

Gardez à l’esprit ceci : vous payez toujours pour avoir un TOP-Employé.  Le faible coût d’un « employé-moyen », plus le coût caché de sa performance plus faible, de ses mauvaises décisions et erreurs coûteuses, est supérieur ou égal au coût élevé du  TOP-Employé. Remplacez les employés « moyens » par des TOP-Employés pour améliorer les performances et obtenir des résultats.

À retenir : Embauchez et responsabilisez des personnes orientées vers les résultats. Dites-leur pourquoi le système a été créé, comment il fonctionne, et pourquoi il leur sera bénéfique. Mobilisez leurs connaissances, talents, énergie et ressources pour améliorer le système et mettre la barre plus haut sur les normes de performance. Quand les gens obtiennent des résultats, leur estime de soi et le sentiment de valeur pour l’entreprise augmentent. Ils vont alors établir de nouveaux records de performance. Quand ils créent plus de valeur, récompensez-les de manière appropriée.

MOTIVEZ VOS EMPLOYÉS

Les employés inspirés et motivés, qui savent comment leur contribution aide, créent des  systèmes humains bien conçus ! Les résultats sont alors une conséquence de plus en plus naturelle de la compréhension de ce concept.

La motivation est la dynamique qui fait bouger les gens vers l’action. Les gens sont motivés quand ils sentent qu’ils font quelque chose dans leur meilleur intérêt. Parce que les motivations dérivent des émotions, vous ne pouvez pas motiver les autres directement, vous pouvez seulement influencer leurs émotions à propos du travail qu’ils font. Vous pouvez créer un environnement ou une culture de résultats qui les motive vers une action positive.

La peur ne fonctionne pas pour très longtemps comme un facteur de motivation. Les encouragements et les récompenses peuvent être efficaces s’ils sont administrés correctement. Les possibilités de développement personnel et d’avancement sont parmi les meilleurs facteurs de motivation dans les entreprises. Quand les gens pensent avec confiance que vous leur donnez une chance légitime d’un avenir meilleur, quand ils considèrent que vous vous souciez vraiment de leur bien-être, alors ils veulent bien travailler et vous faire plaisir. C’est la nature humaine !

APPROPRIATION ET RESPONSABILISATION

L’appropriation d’une tâche, d’un objectif ou d’un résultat libère le pouvoir inhérent de la motivation. Cela se produit lorsque les «bonnes personnes» sont autorisées à influencer les objectifs, participer à l’élaboration et à l’amélioration des systèmes, et de choisir leurs propres récompenses.

Les objectifs collectifs façonnent les objectifs personnels. Les objectifs personnels sont le fondement de toute réussite. Les objectifs doivent répondre aux questions : combien (ou quelle quantité), pour quand, et par qui.

  • « Combien » définit le résultat souhaité.
  • « Pour quand » établit l’échéance, booster-d’adrénaline.
  • « Par qui » indique l’appropriation et attribue la responsabilité du résultat.

Le niveau de performance est déterminé par la capacité individuelle et la volonté. Rappelez-vous que les gens travaillent à leur plus haut potentiel seulement lorsqu’ils se concentrent sur l’utilisation la plus valable de leur temps. Les objectifs personnels doivent s’inscrire dans le cadre défini par l’entreprise et être compatible avec les objectifs de l’équipe. Quand une personne choisit un objectif, elle choisit simultanément de payer le prix pour l’atteindre, et la récompense pour son accomplissement.

EVALUATION

Les équipes efficaces mesurent en permanence la performance et comparent les résultats actuels aux résultats antérieurs ou aux résultats souhaités (par exemple : les normes, objectifs, tableau de bord). Les données financières de l’entreprise fournissent également des indicateurs décalés de performance et peut exposer les faiblesses au sein de l’entreprise ou de l’équipe.

L’homme d’affaires et chef religieux Thomas Monson nous transmet ceci : « Quand la performance est mesurée, les performances s’améliorent. Quand la performance est mesurée et rapportée, le taux d’amélioration s’accélère. »

 

Obtenez-vous les résultats efficaces de votre équipe?

Peut-être que je peux vous aider aussi, si l’amélioration des résultats de votre entreprise et l’augmentation de l’efficacité de votre personnel est une de vos priorités. Parce que,  j’aide les entreprises à améliorer leur productivité en créant une culture de résultats.

 

 

Arrêtez de jeter chaque jour vos profits à la poubelle !

Les signes sont là, visibles comme le nez au milieu du visage.
Les voyez-vous ? Savez-vous stopper les dégâts ?

POURQUOI ? Parce que, le phénomène se développe sans se faire remarquer.

A la base de tous les problèmes de l’entreprise, on trouve une perte sous une forme ou une autre. Cela peut être des défauts dans les produits et services, du temps ou de l’énergie perdus. Ces pertes orientent directement vos clients potentiels et client actifs vers la concurrence (une autre forme de perte).  Tout cela entraîne une augmentation de vos coûts et une érosion de vos marges bénéficiaires. C’est ce qui pousse au final les chefs d’entreprises vers la faillite.

Selon Jay Arthur, auteur du Guide Six Sigma pour les PME, chaque entreprise dispose de deux «usines» qui fonctionnent en parallèle :

  • L’« usine principale » (« Main Factory, »), où vous concentrez la plus grande partie de votre énergie, produit des biens et services pour vos clients.
  • La deuxième usine est moins visible. C’est le « Fix-it Factory  » – l’usine de réparation – qui nettoie toutes les erreurs, reprises, défauts, casses, retours, rebuts et autres problèmes de l’usine principale. Ce secteur obscur et ingrat de l’entreprise traite principalement des pertes et des retards. Chaque entreprise possède une « usine de réparation » qui exige du personnel et des ressources financières. Vous serez surpris par le coût de fonctionnement de la vôtre !

La plupart des dirigeants ignorent la réalité brutale des pertes dans leur entreprise. Toutefois, les experts estiment qu’en moyenne, une PME présente au moins 3% de pertes (Jay Arthur). Beaucoup en ont plus et certains beaucoup plus!

Pour une entreprise avec un chiffre d’affaires d’un million de d’euros, 3% de pertes signifie un coût de 30.000 Euros. Cette charge, toutefois, n’est pas payée sur les recettes, mais sur les  profits! Si on prévoit un bénéfice net avant impôts de l’entreprise de 8%, soit 80.000 Euros, les pertes réduiraient le bénéfice à  50.000 Euros.

Autrement dit, l’entreprise doit compenser cette perte de 30.000 € par un chiffre d’affaires supplémentaire de 400.000 € pour arriver au niveau de rentabilité souhaité. (Loin de moi l’envie de vous déprimer, mais la situation est en fait pire parce qu’il y a des coûts supplémentaires dans le traitement des pertes.)

 

 

Avez-vous réalisé vraiment ce que cela signifie ? Votre bénéfice final est directement réduit par le temps, la matière et l’énergie perdus.

Dans cet exemple, une perte de 3% du chiffre d’affaires se traduit par près de 40% de bénéfice évanouis !

Comment déterminez-vous l’emplacement, la taille et le coût de ce boulet interne, et surtout, comment allez-vous l’éliminer?

Pour discuter de votre situation particulière, n’hésitez pas à me contacter.

 

Sename Agbossou